Meetup, quelles qualités pour quel type de CTO ? Acte 2

Retour sur le second volet du meetup en dyptique Tech.Rocks consacré aux qualités des CTO. De nouveaux invités de haut vol ont donné à voir sur la diversité d’approches à la communauté de tech leaders.  

Les speakers, who’s who :

Florence Chabanois est Deputy CTO chez CarBoat Media. Elle pilote 3 équipes, une quinzaine de personnes dans cette entreprise cinquantenaire composée, entre autres, de LaCentrale.fr, MaVoitureCash et Caradisiac. 

Julien Jouhault est le CTO du groupe Leboncoin. L’entreprise compte aujourd’hui 1300 personnes dont 250 tech sur le site d’annonces et 300 en comptant les filiales. 

Damien Leroux est l’actuel CTO de Frichti. Il manage 4 équipes de la plateforme composée de 200 personnes.

Kevin Liagre est le CTO de Yogosha. Il a animé le panel de ce meetup

Comment se sont passés vos débuts de CTO ?

Damien Leroux : "Quand je suis arrivé chez Frichti, je devais initialement prendre un poste de tech leader. Seulement, on m’a demandé de remplacer le CTO de l’époque au pied levé. Après quelques discussions avec les dirigeants, j’ai accepté.

Dès lors, je me suis beaucoup investi dans la fonction. Au début, je ne connaissais pas grand-chose du rôle de CTO. Mes seules références étaient des profils bien installés dans des entreprises comme Blablacar, par exemple. Je les ai beaucoup observés pour me familiariser avec le métier. J’ai cherché à comprendre leurs drivers et leurs convictions. Le meetup Tech.Rocks m’a d’ailleurs été particumièrement utile.

Julien Jouhault : "Je viens d’une promotion interne. Mon CEO m’a proposé de devenir CTO, en me laissant deux jours de réflexion. Ma première réaction a été : houlà, je ne suis pas prêt. J’ai réfléchi aux risques. Au fait d’arriver au Comex et de potentiellement en sortir aussi vite en cas de grosse erreur tech. Le lendemain, je me suis dit go et tu vois ce qui se passe. Je n’ai pas eu le temps de faire de recherche sur le métier. J’ai dû apprendre sur le tas.  Je me suis jeté dans le bain. Ceci étant, le Comex m’a permis de bien comprendre l’entreprise, le travail des différents C-level. Je les ai rencontrés un à un."

Florence Chabanois : "À CarBoat Media, il y a pas mal de mobilité interne. On est amené à changer de casquette régulièrement. Quand je suis arrivée dans l’entreprise, j’avais deux équipes. Depuis, on a changé plusieurs fois. L’intérêt, ça permet au final de bien cerner la vision d’ensemble du groupe. On voit le sens qu’il y a derrière notre travail en ayant vécu les problématiques d'autres équipes. Nous sommes organisés en feature team depuis trois ans. Aujourd’hui, j’ai les équipes Annonces, Recherche et antifraude."

Illustration par Tommy Dessine

Quel ingrédient est primordial dans votre approche du métier ? 

Damien Leroux : "Les convictions. En avoir, en tant que CTO est pour moi primordial. Entre autres, la confiance me paraît particulièrement importante. Il y a notamment celle que les équipes ont envers les stacks techniques. Pour promouvoir la confiance, j’ai cherché à la fois ce qui permettait de la renforcer et ce qui pouvait lui nuire. L’écoute est une autre dimension importante qui permet d’obtenir le maximum de feedbacks, de se faire challenger." 

Florence Chabanois : "Dans mon rôle managérial, la clarté est la notion à laquelle je tiens particulièrement. Être claire est même une de mes premières missions, en particulier pour les objectifs. C’est important dans la mesure où si je suis absente, le travail peut continuer à avancer sans moi. C’est utile de surcroît, en matière de gestion des conflits ou encore de priorisation. Pour se faire entendre, il faut utiliser plusieurs canaux de communication et répéter encore, en fonction de l'importance du message. Nous savons ce que nous voulons dire mais il n'y aucune certitude sur ce qui a été entendu…. Jusqu'à que les personnes expriment ce qu'ils ont compris. C'est important aussi d'avoir les personnes concernées dans la même pièce pour vérifier l'alignement. Un post sur slack a autant de chances d'être vu que pas vu au final." 

Julien Jouhault : "Dès mon arrivée au poste, je me suis battu pour faire entendre l’idée que la tech a son mot à dire dans la construction du produit. On est en effet bien placé pour comprendre comment il fonctionne, ses usages, sa dimension éthique. On doit le co-construire, nous faire entendre pour le faire évoluer."

Illustration par Tommy Dessine

Votre rôle est plutôt technique ou management ? 

Florence Chabanois : "Je pensais que je passais beaucoup de temps sur le produit et l’organisation. Récemment, j’ai mis des couleurs pour identifier ce à quoi était consacrées mes réunions. Et visiblement, c’est management. On se fait des réunions d'architectures assez fréquentes, plutôt transverses, ainsi que des one on one."

Comment restez-vous proche de la tech en tant que CTO ? 

Damien Leroux : "Passer de la tech à CTO, c’est une expérience enrichissante. Je conseille d’essayer. Comme je le disais, il faut se préparer à porter le changement, à devoir bousculer certains ordres établis parfois. Ceci étant, Je ne pensais pas que la tech allait autant me manquer. Quand dans mes équipes, j’en vois certains bosser sur des sujets cool, ça donne envie. C’est pour ça que j’ai décidé d’y revenir. J’ai encore des choses à essayer. J’ai envie de le faire pour ne pas être frustré plus tard."

Julien Jouhault : "Pour le site LeBoncoin, je descends pas mal auprès des équipes, pour rester en contact avec la tech. Et puis, chez nous, je manage les architectes ce qui me permet de garder un oeil sur les évolutions de la stack. Ceci étant, je travaille avec de vrais experts certains sujets très précis." 

LeBoncoin compte plusieurs filiales. Manager leur CTO, comment ça se gère ? 

Julien Jouhault : "Très en amont, lors de rachats d’entreprises, on analyse tout lors des due diligences. On regarde la façon de travailler de ces structures. Et selon notre stratégie, on crée des synergies. Il y a plusieurs possibilités. Soit on les laisse vivre. On leur apporte notre force de frappe en les laissant autonomes. L’autre option, on les intègre. D’une façon générale, ces collaborations se passent bien de mon point de vue. Au fond, on est là pour bosser ensemble et atteindre les mêmes objectifs. La stratégie a été écrite par tout le monde. Aujourd’hui, on est dans une phase d’application commune. Après, j’ai une approche assez humble dans mon management. Si quelqu’un me challenge sur un sujet, avec des chiffres, de la matière… ça ne me pose aucun souci." 

Illustration par Tommy Dessine

Comment peut-on favoriser l’inclusion des femmes dans la tech ?

Florence Chabanois : "J’ai mis du temps avant de voir qu’il y avait un problème en la matière. La première fois où je ne me suis pas sentie à ma place, c’était lors du premier comité entre cto du groupe Axel Springer, au siège en Allemagne. Quand je suis arrivée, il n'y avait que des hommes en costard dans un cadre très austère. J'ai aperçu quelques femmes et en réalité elles faisant partie du comité d'organisation… pas super à l'aise. Autre anecdote, en famille, on part voir un théâtre forum. En attendant le début, un de mes enfants m’interpelle en me montrant une affiche qui mettait en avant une femme PDG. Je leur explique. Il me dit, "ah OK. Ça pourrait être toi en fait ! Spontanément, je ris. Sauf que c'était une vraie question, il était très sérieux. Je n'avais pas conscience de ce plafond que je m'étais infligé. Selon moi, l’accès des femmes à la tech est une question de modèle. Si je vois plein d’astronautes femmes, je me dis alors c’est possible d’être astronautes. J’essaie de recruter des femmes dans mes équipes, sans très grand succès pour l'instant. J’ai testé une astuce récemment qui m’a permis de recevoir plus de candidatures féminines que d’habitude : changer l’intitulé de la fiche de poste, développeuse.r."

Illustration par Tommy Dessine

Le CTO a-t-il aussi une double fonction apprenant/enseignant ? 

Julien Jouhault : "Sur le rôle apprenant, je suis tout à fait d’accord. J’ai appris sur le tas, à partir des métiers des autres, des membres du Comex, les sales, la communication... J’apprends tous les jours et c’est même un de mes facteurs de motivation. Je suis moins sur la partie transmission dans la mesure où je suis essentiellement entouré de seniors qui ont moins besoin de se former."  

Florence Chabanois : "J’apprends toujours plein de choses. Nous changeons souvent de techno. On a créé l’équipe recherche à partir de rien. On est passé en React alors que je n’y connaissais absolument rien. C’est toujours marrant dans ce contexte de recruter des personnes qui eux ont la connaissance. Sur la partie enseigner, nous échangeons suffisamment pour, je l’espère transmettre des choses."  

Damien Leroux : "Apprendre ou transmettre, ça va dans les deux sens. On apprend de ce qu’on essaye. C’est un échange constant."

Un conseil à partager ? 

Florence Chabanois : "C’est important d’oser. J’encourage mes équipes à le faire. Je trouve terrible une personne qui me dit, j’ai fait ça parce que X me l'a demandé, sans y croire. Une de nos valeurs dans l’entreprise est « Fais, même si ce n’est pas parfait ». Ça nous est déjà arrivé de travailler sur une solution pendant 6 mois et de se rendre à l’évidence que ce n’est pas bon, ça ne fonctionne pas. À mon sens il faut féliciter les gens même quand ils font des erreurs, leur donner les moyens d’apprendre de leurs échecs pour qu’ils fassent autrement la fois suivante." 

Julien Jouhault : "Un conseil de lecture, Accelerate. Ce livre m’a driver dans mes activités. On est dans un secteur où il y a la nécessité d’aller de plus en plus vite, pour tout un tas de raisons. Ce livre fait écho à ce qu’on fait  chez leboncoin et notre travail et la façon de voir la tech."

Damien Leroux : "Il faut aimer ce qu’on fait, être passionné, aimer le contact et communiquer." 

Illustration par Tommy Dessine

Merci à tous les trois. Prochain meetup Tech.Rocks, mercredi 11 juin 2020, avec Cyrille Martraire sur le thème de l'architecture. 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK